Friday, September 5, 2014

                            
                                                LE MEILLEUR CADEAU   


     On n’est jamais trop âgé pour apprendre quelque chose. A mon avis, quand on ne s’intéresse plus `a apprendre ou `a s’améliorer, c’est la fin. Vieillir, c’est ne plus trouver une façon de faire une différence ou de toucher une vie.

     Hier soir, j’ai présenté un discours `a mon groupe d’orateurs. Je ne pouvais pas me servir de notes; je devais parler spontanément. C’était très difficile pour une personne comme moi qui prépare au moins quinze jours à l’avance. J’ai appris que parler du coeur n’exige pas autant de préparation. A vrai dire, pratiquer trop peut rendre trop superficiel le discours.  Aux années soixante-dix, il y en a qui pensent que la vie est finie. Ce n’est pas du tout vrai. La vie se termine quand on cesse de poser des questions et d’essayer quelque chose de nouveau. 

     Le meilleur cadeau qu’on m’a offert:  la joie d’apprendre et de le partager. Qui me l’a offert? Mon père était le premier. Quand j’étais petite, il m’a encouragée de jouer du piano, de chanter pour ses amis, d’étudier à l’école. Je n’étais pas une élève remarquable. Je n’ai pas gagné tous les As, mais j’ai aimé apprendre, et je l’aime toujours après 68 ans! Mon prof de piano était aussi une inspiration (et une femme qui m’a tormentée). Elle me raconait des histoires des philosophes, des écrivains, des artistes et musiciens. Elle m’a expliqué comment ces gens morts avaient une voix dans ma vie. Elle m’a demandé de pratiquer au moins quatre heures par jour à l’âge de 15 ans. Je l’ai fait, et je ne le regrette pas. Je pratique toujours, et je peux jouer les compositions que j’ai apprises il y a 50 ans. Enfin, mes grand-parents m’ont encouragée de continuer mes études et de partager mon talent avec le monde. Dans notre société, la vieilesse n’est ni respectée ni appréciée. J’ai appris que les vieux sont sages. Ils ont la sagesse d’avoir subi des crises, fété la fin des guerres, souffert des moments tragiques. Ils ont “saigné sur les pages de la vie.” Je les respecte, mais il se peut que ce soit parce que je suis vieille:) 

     Si vous êtes jeune, profitez des idées et opinions des vieux, des voix silentes, des gens qui cherchent des défis après “un certain âge”. N’oubliez pas qu’il y a toujours beaucoup à apprendre, et il est possible que les ressources soient dans votre propre famille. 

                               Le rire est contagieux; faites s’étendre le virus!







A mes gosses: Si vous voyez des fautes, il faut me pardonner. Je suis vieille:)